Adama Traoré : La famille dans le collimateur

La mort d'Adama Traoré le 19 juillet à Beaumont-sur-Oise entre les mains des gendarmes donne lieu à une escalade de violences… et d'humiliations pour sa famille qui réclame justice.

Le 19 juillet, les gendarmes interpellent Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise. Quelques heures plus tard, ils constatent son décès. Le jour de son 24e anniversaire. La famille dénonce une bavure des forces de l’ordre. Une hypothèse à prendre en compte tant les circonstances de sa mort et l’attitude des autorités sont troubles. La version officielle parle d’un malaise cardiaque, la première autopsie ne signale que des « égratignures », selon les déclarations d’Yves Jannier, le procureur de Pontoise, alors en…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents