Autisme : Des députés anti-psy

Une offensive contre la psychanalyse dans le traitement de l’autisme est en cours à l’Assemblée nationale.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Une offensive contre la psychanalyse dans le traitement de l’autisme est en cours à l’Assemblée nationale. Le 13 octobre dernier, une proposition de résolution a été déposée par le député LR Daniel Fasquelle et quatre-vingt-treize de ses collègues. Elle invite le gouvernement à « promouvoir une prise en charge de l’autisme basée sur les recommandations de la Haute Autorité de santé [HAS] » et « à condamner et interdire les pratiques analytiques sous toutes leurs formes car n’étant pas recommandées par la HAS ». L’École de la cause freudienne, à l’initiative d’une lettre aux députés réunissant de nombreux signataires (dont Alain Abelhauser, Roland Gori, Cynthia Fleury et Caroline Eliacheff), a répliqué à cette tentative d’interdiction, « sans volonté d’imposer une solution plutôt qu’une autre », en avançant plusieurs arguments, au premier rang desquels : la psychanalyse n’est pas, selon la HAS, une méthode « non recommandée », mais une méthode « non consensuelle ». Une nuance qui laisse ouverts tous les débats.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents