Barroso à Goldman Sachs : l'éthique en toc de la Commission européenne

L'ancien homme fort de l'Europe n'a pas enfreint les règles, estime dans un avis le comité d'éthique saisi par Jean-Claude Juncker. Mais cet organe informel n'est nullement indépendant.

L'ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso n'a pas violé les règles « d'intégrité et de réserve » de l'Union européenne en acceptant un poste à la banque d'affaires Goldman Sachs. Voilà ce qu'estime le « comité d'éthique » de l'UE dans un avis publié le 31 octobre. Sa conclusion, est en effet on ne peut plus favorable au pantouflard : Sur la base des informations fournies par M. Barroso dans une lettre adressée au président Juncker, et considérant le Code de conduite pour les…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents