Discriminations : Recul du gouvernement

Après deux ans de travail, aucune mesure forte, excepté une campagne de communication.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Après deux ans de travail au sein du groupe de dialogue sur les discriminations, le gouvernement n’a pas suivi les préconisations des syndicats. Le 16 novembre, Myriam El Khomri, ministre du Travail, a jugé le constat « accablant » dans la plupart des 43 grandes entreprises visées par un « testing » sur les discriminations à l’embauche. Mais dans les actes, aucune mesure forte, excepté une campagne de communication, une charte de bonnes pratiques et deux expérimentations sur un indicateur des évolutions de carrière. « Le gouvernement nous renvoie aux calendes grecques », peste FO. « Ces annonces sonnent comme une provocation », abonde la CGT, qui accuse le patronat de « bloquer systématiquement toute mesure contraignante ». Les organisations patronales avaient quitté les négociations en septembre pour faire pression sur le gouvernement.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.