La COP 22 en état de léthargie

L'annonce de l'élection de Donald Trump a écrasé les débats d'une COP 22 déjà bien moribonde.

L’élection du nouveau président américain connu, entre autres, pour ses convictions climato-sceptiques, a submergé toutes les molles discussions en cours à la conférence sur le climat. Les délégués de la plupart des pays étant envahis par un sentiment d’inutilité. Sauf, par exemple au pavillon de la Russie dont un attaché de presse répétait inlassablement aux curieux : « ce n’est pas une mauvaise nouvelle, car la communauté va pouvoir se consacrer à des questions plus sérieuses que le temps qu’il va faire…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents