La Marseillaise résiste encore

Le quotidien du sud de la France a dû déposer le bilan et espère éviter la liquidation.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En graves difficultés financières, le quotidien du sud de la France, créé durant la Résistance (en 1943), a dû déposer le bilan. Cent dix-sept salariés espèrent éviter la liquidation et attendent du tribunal de commerce de Marseille que leur journal soit placé en redressement judiciaire sur une période de trois mois. La direction a présenté un plan de ­continuation dans ce sens et interpellé l’État au nom du pluralisme.

En 2015, dans la même situation, le journal avait dû en passer par un plan de départs (90 personnes), avant d’être repris par les Éditions les Fédérés. Si les abonnements ont progressé de 15 %, la baisse des recettes publicitaires n’a pas permis d’équilibrer
les comptes.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents