Le meilleur des mondes numériques

Le philosophe Éric Sadin pointe les dangers civilisationnels de l’emprise croissante des acteurs de la Silicon Valley sur chaque aspect de la vie humaine.

Nous vivons un temps de catastrophes, convient en préambule le philosophe Éric Sadin. Mais la pire de toutes est peut-être celle qui se présente justement comme une lueur d’espoir dans le chaos. Ironie de l’histoire, elle vient des confins du Grand Ouest, terre du rêve américain et des ruines des grands mouvements émancipateurs des années 1960. Face à la finitude du monde et aux défis du XXIe siècle, le « technolibéralisme » de la Silicon Valley s’affiche comme un « eldorado infini », une nouvelle ère…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents