Lumineuse révolte

Avec Do Not Obey, le groupe turc Baba Zula fête ses vingt ans d’existence et poursuit sa résistance chamanique à l’oppression.

« L’état d’urgence est un merveilleux outil pour réduire les gens au silence », explique Murat Ertel. Un constat amer qui ne s’applique pourtant pas aux membres du groupe stambouliote Baba Zula, dont il est l’un des piliers. À l’heure où une large partie des artistes et des intellectuels turcs envisagent l’exil pour échapper à la répression d’Erdogan, Baba Zula ne lâche pas prise et continue de prodiguer sa musique hautement libertaire dans les sous-sols d’Istanbul. « One, two, three, do not obey ! »,…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents