Sollers ou la subversion moisie

Sur France Inter le 28 octobre, Philippe Sollers a excellé dans le creux contentement de soi.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il se passe parfois des choses dont, sur le coup, on ne mesure pas la portée. Qu’on se le dise : Philippe Sollers « contre-attaque » ! Quand, assurant la promotion de son dernier livre (Contre-attaque, donc, chez Grasset), sur France Inter le 28 octobre, le sulfureux, le subversif, le transgressif auteur de Femmes prend la parole, ce n’est pas pour rien… ou presque. Sollers y a excellé dans le creux contentement de soi, la stridulation fate, les bulles de mots anodins qui s’évanouissent dans un chuintement.

L’homme de la collection « L’Infini » a la pensée limitée. Et nostalgique. Ah !, qu’il était bon le temps où il avait table ouverte au Monde et pouvait publier en une ses pétards fabrication maison du type « La France moisie » ! Il y a plus de vingt-cinq ans, ce texte « a fait sensation », a-t-il humblement rappelé, non sans se lamenter de la « censure » qui sévit désormais contre lui. Elle « consiste à oublier de parler de moi ». Quelle pitié ! Quel chagrin...

Mais que le bâillonné se rassure : voici ici même la preuve que le complot ourdi comporte quelques failles. Ce serait en effet injustice de ne pas « parler » de la magnificence de ses idées inédites sur « la misère spirituelle » due à la généralisation de la « communication » et du « digital », reprise d’un Guy Debord usé jusqu’à la trame. D’occulter cette trouvaille si spirituelle à partir du nom de la célèbre nièce du FN : Marion Maréchal « Marketing » Le Pen. Génie de la formule ! De fermer les yeux sur sa petite lâcheté à refuser de s’exprimer sur les mères voilées qu’on veut interdire de sorties scolaires, après avoir affirmé qu’« il y a un combat laïc à mener ». D’ignorer sa condescendance envers les prix littéraires, quand il y a peu il réclamait bruyamment le Goncourt pour Houellebecq – avec succès.

Chantre de Voltaire et de la liberté, mais prompt à ne pas déplaire ou à dresser le portrait avantageux d’un certain Balladur quand, au début de l’année 1995, celui-ci était donné gagnant à la présidentielle. Philippe Sollers, écrivait Pierre Bourdieu, a « le culte des transgressions sans péril » qui « conduit à faire du cynisme un des beaux-arts ». C’est son chef-d’œuvre : avoir fait passer ses vieilles vessies académiques pour des lanternes de la rébellion. Sollers prône « la grande littérature » contre les pouvoirs opprimants avec la sincérité d’un subversif d’opérette…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents