Tous les Marius et Jeannette

Dans Marseille, port d’attaches, des témoignages d’habitants et de nombreuses photographies de famille documentent la mémoire des classes populaires sur leur vie quotidienne.

Comment écrit-on l’histoire ? Même si la science historique a grandement évolué depuis Ernest Lavisse, le père de l’histoire événementielle, on sait que le récit national a tendance à mettre en avant les moments dramatiques et les « grands hommes ». L’histoire des humbles reste, elle, plus difficile à faire, parce qu’elle repose sur une documentation plus fragile, des témoignages moins souvent collectés. C’est précisément ce à quoi se sont employés les auteurs de Marseille, port d’attaches : documenter la…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents