Trump, « ami d’Israël »

Le gouvernement de Benyamin Netanyahou s'est immédiatement réjoui de l'élection de Donald Trump.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


« L’époque de l’État palestinien est révolue. » C’est en ces termes que Naftali Bennett, chef du lobby des colons et ministre de l’Éducation nationale du gouvernement Netanyahou, a accueilli l’élection de Donald Trump. Lequel est réputé être « un grand ami d’Israël », comme l’a immédiatement rappelé Benyamin Netanyahou. Trump a également répété à plusieurs reprises qu’il ferait transférer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, ce qui serait contraire aux résolutions de l’ONU, qui ne reconnaissent pas Jérusalem comme capitale d’Israël, mais comme une ville en partie sous occupation illégale. Plus prudent, l’éditorialiste du quotidien Maariv, Dana Somberg, a souligné que « les règles du jeu de Trump changent tous les jours », et qu’il est donc « trop tôt pour se réjouir »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.