Chine : Trump aggrave son cas

Avant même son entrée en fonctions, Donald Trump aura réussi à tendre les relations entre Washington et Pékin.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Avant même son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump aura réussi à tendre sérieusement les relations entre Washington et Pékin. Après avoir téléphoné le 2 décembre à la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, ce qui avait été interprété comme une brèche dans la politique de « Chine unique » en vigueur aux États-Unis depuis 1979, le Président élu a aggravé son cas le 11 décembre. Il a ouvertement menacé, lors d’une interview sur Fox News, de reconnaître Taïwan si Pékin ne faisait pas de concessions, notamment en matière commerciale.

« Je ne sais pas pourquoi nous devons être liés à la politique de la “Chine unique”, à moins que nous ne passions un accord avec la Chine pour obtenir d’autres choses, y compris sur le commerce », a déclaré Donald Trump dans un entretien à la chaîne américaine. Ce qui lui a valu, lundi, une mise en garde de la Chine contre une dégradation de ses relations avec ­Washington.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents