Chine : Trump aggrave son cas

Avant même son entrée en fonctions, Donald Trump aura réussi à tendre les relations entre Washington et Pékin.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Avant même son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump aura réussi à tendre sérieusement les relations entre Washington et Pékin. Après avoir téléphoné le 2 décembre à la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, ce qui avait été interprété comme une brèche dans la politique de « Chine unique » en vigueur aux États-Unis depuis 1979, le Président élu a aggravé son cas le 11 décembre. Il a ouvertement menacé, lors d’une interview sur Fox News, de reconnaître Taïwan si Pékin ne faisait pas de concessions, notamment en matière commerciale.

« Je ne sais pas pourquoi nous devons être liés à la politique de la “Chine unique”, à moins que nous ne passions un accord avec la Chine pour obtenir d’autres choses, y compris sur le commerce », a déclaré Donald Trump dans un entretien à la chaîne américaine. Ce qui lui a valu, lundi, une mise en garde de la Chine contre une dégradation de ses relations avec ­Washington.


Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.