De l’arabité à l’islamité

Yves Aubin de La Messuzière nous propose une remarquable analyse des révolutions arabes.

Denis Sieffert  • 21 décembre 2016 abonné·es
De l’arabité à l’islamité
© FRED DUFOUR/AFP

Qu’est-ce que l’arabité ? À quel moment a-t-elle été supplantée par l’islamité ? Quelle différence entre islam politique et radicalité islamique ? Yves Aubin de La Messuzière, à la fois homme de savoirs et de terrain, répond à ces questions et à bien d’autres. Son livre n’est pas fait pour les polémistes, mais pour tous ceux qui veulent sincèrement comprendre les convulsions qui secouent le Moyen-Orient. Ce diplomate, qui fut en poste dans plusieurs capitales où se joue aujourd’hui l’histoire, remonte au temps de la Nahda, cette renaissance culturelle et politique du XIXe siècle, quand « le facteur religieux n’apparaissait pas comme facteur dominant d’unification des sociétés arabes ». Il analyse ce « sentiment de déclin et de marginalité » provoqué d’abord par la colonisation puis par « la perpétuation de la domination occidentale », dont la guerre d’Irak, en 2003, fut une manifestation aux lourdes conséquences. Il revient sur ce tournant de la défaite arabe de juin 1967, face à Israël, qui a sonné le glas du rêve d’une nation arabe. Quelques années plus tard, l’islamisme prenait le relais du nationalisme. Sous la forme d’un « islamo-conservatisme » qui sera mis en échec, notamment en Égypte, puis d’un « islamisme radical » qui essaime dans de nombreux pays.

Il faut lire évidemment les pages qu’Aubin de La Messuzière consacre à la révolution syrienne. Il y démonte le processus de confessionnalisation et de militarisation engagé dès le début par le régime de Damas, notamment par la libération de milliers de jihadistes. Il nous fait entrer dans le premier cercle du pouvoir, quand Bachar, évoquant avec admiration le massacre commis par son père, en 1982 à Hama, se promet de réprimer la rébellion dans le sang pour s’assurer lui aussi « trente années de tranquillité ». Il déplore la sous-estimation occidentale « de la redoutable capacité de manipulation du régime ». Un régime qui a « privilégié dans les premiers temps [du soulèvement] des cibles d’organisations non islamistes ».

La lueur d’espoir qui perce dans les ténèbres de l’actualité vient sans aucun doute de cette « singularité tunisienne » qu’Aubin de La Messuzière connaît bien, et de ce texte constitutionnel qui résulte d’un compromis « entre deux conceptions de l’État, l’une islamo-conservatrice […], l’autre séculariste ». En fin de compte, nous dit-il, la Constitution tunisienne a introduit « plusieurs principes sans équivalent dans le monde arabe », dont cette « nature civile » de l’État. Un compromis entre les tenants de la charia et ceux de la laïcité n’est donc pas impossible. Enfin, l’auteur nous dit pourquoi, en dépit des méandres de l’actualité, le conflit israélo-palestinien garde sa centralité. Sa force symbolique ne permettra pas cette sorte d’obsolescence espérée par Israël et les capitales occidentales. En diplomate, Aubin rappelle la France à ses devoirs.

Monde arabe, le grand chambardement, Plon, 228 p., 12 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 libéré

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant