Éloge de la lenteur

Dans Jim Jarmusch, une autre allure, Philippe Azoury donne une vision personnelle et pénétrante de l’univers du cinéaste.

Christophe Kantcheff  • 21 décembre 2016 abonné·es
Éloge de la lenteur
© Sara Driver

Voici un petit livre personnel sur un cinéaste, Jim Jarmusch, auquel l’édition, en France, ne s’est pas encore suffisamment intéressée. Personnel parce que Philippe Azoury emploie le « je » à plusieurs reprises, mais aussi parce

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes