Éloge de la lenteur

Dans Jim Jarmusch, une autre allure, Philippe Azoury donne une vision personnelle et pénétrante de l’univers du cinéaste.

Voici un petit livre personnel sur un cinéaste, Jim Jarmusch, auquel l’édition, en France, ne s’est pas encore suffisamment intéressée. Personnel parce que Philippe Azoury emploie le « je » à plusieurs reprises, mais aussi parce qu’on sent une proximité générationnelle entre les deux hommes. Or, la question de la génération, pour appréhender Jim Jarmusch, est essentielle. Son univers s’enracine en effet dans le New York du Lower East Side de la fin des années 1970 et du début des années 1980, celui du…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents