« La Jeune Fille sans mains », de Sébastien Laudenbach : Ode fauve à la vie

Sébastien Laudenbach a adapté La Jeune Fille sans mains, des frères Grimm, en misant sur l’improvisation et l’imagination.

Les frères Grimm sont cruels. Hansel et Gretel sont abandonnés par leurs parents dans la forêt et tombent sur une vieille anthropophage. Le Petit Chaperon rouge se laisse prendre par un loup déguisé en grand-mère. Barbe-Bleue enferme ses femmes et les égorge… Bruno Bettelheim s’en était donné à cœur joie dans Psychanalyse des contes de fées (1976), mêlant hypothèses d’interprétation symbolique et relations avec l’inconscient des enfants. -Qu’aurait-il écrit au sujet de La Jeune Fille sans mains, conte…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents