Le bidonville de Pierrefitte évacué en pleine trêve hivernale ?

Le démantèlement de cette concentration de logements précaires, située en Seine-Saint-Denis, est programmée le 8 décembre, affirme Amnesty International

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Plus de 600 personnes, dont près de 150 enfants, vont être expulsés ce jeudi du bidonville de Pierrefitte (Seine-Saint-Denis), selon Amnesty International France. Tous les occupants s’étaient installés après avoir déjà été expulsés d'autres bidonvilles à Saint-Ouen, Saint-Denis et Goussainville. L’ONG dénonce dans son communiqué « une évacuation forcée en pleine trêve hivernale sans aucune proposition de relogement durable faite aux occupants ». Contactée, la mairie n’a quant à elle pas souhaité infirmer ni confirmer l’information.

Une grande partie des personnes expulsables vivent en France depuis plusieurs années. C’est notamment le cas d’Alisa dont l'organisation de défense des droits de l'homme raconte l’histoire. Cette jeune fille de 20 ans est arrivée en France à l’âge de trois ans. Elle a fait toute sa scolarité à Saint-Denis complétée d’une formation professionnelle dans le domaine de la mode. Elle vit dans le bidonville avec sa famille après avoir connu plusieurs expulsions.

La semaine dernière, lors de l’incendie qui s’est déclaré dans le bidonville (dans la nuit du 1er au 2 décembre), Alisa avait perdu tous ses biens (vêtements, papiers, meubles). Son petit garçon de quatre mois avait été blessé ainsi que plusieurs autres personnes.

Une décision qui ferait suite aux nombreuses pétitions contre cette installation. Sous la pression des habitants de la ville, qui se plaignaient de désagréments, le maire de Pierrefitte, Michel Fourcade (PS), avait décidé d’agir en prenant un arrêté d’expulsion dès septembre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.