Le livre d’Esther

La sénatrice écologiste Esther Benbassa nous propose la chronique d’une année douloureuse.

On connaît cette énergie indomptable qu’elle balade dans les couloirs du Sénat, et cet accent oriental qu’elle tient de sa prime jeunesse à Istanbul — « ma négritude », dit-elle joliment — et qui l’annonce de loin. Rien ne prédestinait Esther Benbassa à être un jour sénatrice. Ce qu’elle est pourtant depuis 2011, sous l’étiquette Europe Écologie-Les Verts. Mais à sa façon, toujours un peu en colère, toujours un peu rigolarde. Une sénatrice tellement atypique, passionnément impliquée dans le mouvement…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents