Le sang du diable

Au MuCEM de Marseille, une déambulation visuelle, sonore et olfactive autour de l’histoire et des pratiques culturelles liées au café.

En préambule, à propos du café, il a fallu dissiper un malentendu. Souvent attribuée au monde musulman, la paternité du breuvage est rendue à l’Éthiopie. Le café, dont l’étymologie vient de l’arabe qahwah, « boisson stimulante », terme ayant originellement désigné le vin, fut introduit en Perse et dans l’Empire ottoman, berceau de sa commercialisation, au XVe siècle. L’exposition présentée au MuCEM de Marseille insiste sur la dimension alors subversive du produit, « sang du diable » pour les courants…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents