L’enfance terrible de l’art

Avec Not Afraid of Love, la Monnaie de Paris présente l’œuvre ironique de Maurizio Cattelan avec une belle inventivité.

Doyenne des institutions françaises, fondée en 864 par Charles II, la Monnaie de Paris connaît une nouvelle jeunesse depuis sa réouverture en 2014, après trois ans de travaux. Le mérite en revient à son actuel PDG, Christophe Beaux, qui a souhaité faire de la vénérable institution une place forte du dialogue entre la création contemporaine et les métiers d’art. Amorcé dès avant les travaux, avec des expositions d’artistes tels que David -LaChapelle (2009) ou Willy Ronis (2010), ce basculement vers la…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents