Perturbateurs endocriniens : Commerce ou santé ?

Cent scientifiques s'indignent de la fabrique du mensonge autour des perturbateurs endocriniens.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« Halte à la manipulation ! », alertent cent scientifiques indignés par la fabrique du mensonge autour des perturbateurs endocriniens (Le Monde, 29 novembre). Une pétition « Non à la proposition scandaleuse de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens » a reçu 225 289 signatures. La Commission doit en effet mettre en place la première réglementation au monde sur ces toxiques. Sauf que, le 13 juillet, son commissaire à la Santé a rencontré les ambassadeurs canadien, américain, argentin, brésilien et uruguayen. Or, un compte rendu révèle que « le Canada et les États-Unis ont fait pression sur l’UE en ce qui concerne sa méthode d’évaluation du risque ».

Les accords de libre-échange continuent de prévaloir sur le principe de précaution. Et les intérêts industriels, eux, sont bien protégés.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents