Philippot et le ciment du racisme

Pour le FN, déclarer vouloir protéger la veuve et l’orphelin est une stratégie payante.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un impôt plus progressif touchant davantage les riches, une augmentation des bas salaires de 200 euros, la lutte contre l’évasion fiscale, le retour de la retraite à 60 ans… Même si cette dernière mesure a récemment été hypothéquée par sa cheffe, on sait que le Front national, depuis 2012, a nettement gauchi son programme économique. Quand le gouvernement dit « socialiste » pratique une politique libérale, que la gauche de gauche est fragmentée et que la droite présente un candidat ayant le cerveau de Margaret Thatcher, déclarer vouloir protéger la veuve et l’orphelin est une stratégie payante. Qui fait des ravages un peu partout. Exemple : Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, n’a-t-il pas reconnu en septembre dernier : « On ne peut pas se contenter de dire qu’il y a moins de syndiqués CGT qui votent Front national qu’à FO, c’est se cacher derrière son petit doigt » ?

Au sein du FN, le favori Philippot – qui a fait ses classes, ne l’oublions pas, dans le sillage de Jean-Pierre Chevènement – est le grand inspirateur de cette ligne, aux dépens de la nièce maréchaliste qui, elle, reste idéologiquement fidèle à un autre ancien : son grand-père. Mais quand il s’agit de l’essentiel, toute la clique nauséeuse se rabiboche. D’où, le 8 décembre, cette sortie de la tante, aimable comme un jour dédiabolisé : « Je n’ai rien contre les étrangers, mais je leur dis : si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à être pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement. » Précisant ensuite qu’elle vise les « clandestins », et qu’elle compte restreindre l’accès « à la gratuité de certains services publics et à certaines prestations sociales aux étrangers qui arrivent dans le pays et n’ont pas encore cotisé et payé l’impôt. »

Le social-souverainiste Philippot, qui déclarait, il y a peu, que le FN était le « meilleur défenseur des libertés individuelles », n’a rien trouvé à redire à cette proposition excluant des enfants de l’école, contraire à la Déclaration universelle des droits de l’homme et au simple principe d’humanité. « Les Républicains et Fillon défendent le droit des clandestins à rester en France, à notre charge », a-t-il, en écho, aboyé. Le petit Blanc déclassé a de la chance d’avoir ce grand homme pour protecteur.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents