Sans issue ?

Dans Le Mort-né, Michel Surya évoque la haine de ses parents.

Christophe Kantcheff  • 21 décembre 2016 abonné·es

Michel Surya s’interpelle à la deuxième personne. « Tu » n’est pas un autre. « Dégoût de toi enfant, dégoût d’eux vieux. » C’est l’incipit du Mort-né, texte ramassé, percutant, disant à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 2 minutes