Sans issue ?

Dans Le Mort-né, Michel Surya évoque la haine de ses parents.

Michel Surya s’interpelle à la deuxième personne. « Tu » n’est pas un autre. « Dégoût de toi enfant, dégoût d’eux vieux. » C’est l’incipit du Mort-né, texte ramassé, percutant, disant à quel point la haine que lui portaient les parents a ensemencé de la violence chez le fils. De la violence tournée avant tout vers lui-même. Le Mort-né n’est pas un règlement de comptes comme il s’en publie si couramment pour faire la peau de papa-maman. Ce livre ne dévoile pas les blessures narcissiques ni les névroses…

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents