« Avec plus de mixité sociale, le débat sur les ZEP ne se poserait pas »

Le sociologue Fabien Truong pointe le manque de vision des politiques sur l’éducation prioritaire, à même pourtant de réduire la stigmatisation des populations des quartiers défavorisés.

Depuis septembre, les lycées étiquetés éducation prioritaire (ex-ZEP) enchaînent les manifestations dans plusieurs académies de France pour alerter sur leur avenir. L’objectif du collectif Touche pas ma ZEP est d’obtenir une carte élargie de ces lycées. Si la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a fini par reconnaître la légitimité de leurs revendications, elle n’a pas répondu à leur ultimatum fixé au 3 janvier. Une nouvelle journée de grève est donc prévue le 19 janvier. Fabien…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents