En finir avec les crises financières

Attac publie une synthèse de ses analyses sur l’impasse du capitalisme et propose d’en sortir par une révolution écologique.

Erwan Manac'h  • 25 janvier 2017 abonné·es
En finir avec les crises financières
© Photo : Drew Angerer/GETTY IMAGES/AFP

Une décennie après l’explosion de la finance mondiale, Attac prévient de l’imminence d’un nouveau cataclysme. La spéculation a atteint « des dimensions sans précédent dans l’histoire », notamment à cause du « trading à haute fréquence », qui permet à des ordinateurs d’acheter et de vendre en quelques millisecondes. La circulation libre des capitaux crée une « guerre des monnaies » qui fragilise les pays émergents. Et rien n’a permis d’empêcher la création de nouvelles bulles spéculatives. L’effondrement est seulement retardé, écrit Attac, par « une avalanche de liquidité » déversée par les banques centrales, qui constitue une véritable « fuite en avant ».

L’analyse de l’association n’est pas moins inquiétante sur le terrain de l’économie « réelle ». La « thérapie de choc » imposée par les néolibéraux comprime les salaires et l’investissement. Résultat, nous faisons face à une « stagnation séculaire », à laquelle le système répond artificiellement en incitant à l’endettement des ménages à qui le travail n’offre plus un salaire suffisant. L’endettement privé atteint un niveau insoutenable, prévient ainsi Attac, notamment au Danemark et en Norvège : « Le capitalisme néolibéral a surfé sur un océan de dette », résume l’association, qui rappelle que la crise de 2008 a été déclenchée par le surendettement des foyers américains.

Pour sortir de cette impasse, Attac propose une reconversion de l’économie : encadrement de la finance, remplacement des 29 énormes banques « systémiques » par des banques coopératives ou publiques, réduction du temps de travail et investissement dans les énergies vertes.

L’association se prononce en revanche contre l’idée du revenu universel. Elle doute en particulier de l’imminence de la « fin du travail » que provoqueraient les progrès de la robotique et préfère défendre le principe d’un renforcement de la sécurité sociale professionnelle. Attac se démarque également de l’idée de « monnaie pleine », qui perce discrètement en provenance de Suisse, où un référendum doit être organisé en 2018. Il s’agirait d’interdire aux banques commerciales de créer elles-mêmes de la monnaie, ce qu’elles font actuellement par un jeu d’écritures lorsqu’elles accordent des crédits. Autrement dit, tout euro prêté par une banque devra correspondre à un euro effectivement déposé sur ses comptes. Un gage de stabilité, selon ses partisans. Mais Attac nuance les vertus de cette idée et y voit un « risque inévitable de bureaucratisation antidémocratique », du fait du pouvoir hégémonique conféré aux banques centrales. Cette proposition compromet surtout, selon Attac, le fonctionnement normal du système bancaire.

Une synthèse éclairante pour comprendre l’architecture du jeu de quilles sur lequel le boulet Donald Trump vient d’être lancé, sous le regard inquiet des économistes de tous bords.

Par ici la sortie. Cette crise qui n’en finit pas, Attac, Les liens qui libèrent, 246 p., 12 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 libéré

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant