Italie : Un rêve brisé

Exilé en France pour échapper à la répression italienne de la fin des années 1970, le chercheur à l’EHESS Alessandro Stella revient sur sa jeunesse militante en Vénétie.

Le 30 janvier 1986, la cour d’assises de Padoue condamne Alessandro Stella à six années de prison ferme. Une peine prononcée par contumace puisqu’il est depuis 1980 réfugié politique en France, protégé par la fameuse « doctrine Mitterrand ». Une disposition autorisant l’exil à plusieurs centaines de militants italiens fuyant la répression massive contre le grand mouvement social des années 1970. Stella ne retournera en Italie que vingt ans plus tard. Membre d’un groupe vénète de la mouvance de l’Autonomie…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents