La rechute du monde arabe

Dans Symptômes morbides, Gilbert Achcar démonte les manipulations qui ont fait échouer les révolutions.

Nos lecteurs connaissent bien Gilbert Achcar. Professeur à la School of Oriental and African Studies de Londres, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le Proche-Orient dont nous avons souvent rendu compte ici. Avec Symptômes morbides, il poursuit son analyse des soulèvements arabes entamée avec Le peuple veut (Sindbad, 2013). Mais c’est de « rechute » dont il est cette fois question. Achcar consacre l’essentiel de son livre au « choc des barbaries » en Syrie et au coup d’État d’Abdel Fattah Al-Sissi en…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents