La rechute du monde arabe

Dans Symptômes morbides, Gilbert Achcar démonte les manipulations qui ont fait échouer les révolutions.

Denis Sieffert  • 11 janvier 2017 abonné·es
La rechute du monde arabe
© Heshamy Fath/Anadolu Agency/AFP

Nos lecteurs connaissent bien Gilbert Achcar. Professeur à la School of Oriental and African Studies de Londres, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le Proche-Orient dont nous avons souvent rendu compte ici. Avec Symptômes morbides, il poursuit son analyse des soulèvements arabes entamée avec Le peuple veut (Sindbad, 2013). Mais c’est de « rechute » dont il est cette fois question. Achcar consacre l’essentiel de son livre au « choc des barbaries » en Syrie et au coup d’État d’Abdel Fattah Al-Sissi en Égypte. À propos de la Syrie, il montre, documents à l’appui, comment les États-Unis se sont opposés à la livraison d’armes anti-aériennes, accordant ainsi délibérément le monopole du ciel à Bachar Al-Assad, avant même que l’aviation russe n’entre en action. Tandis que la Russie fournissait le régime en bombardiers, en hélicoptères de combat, en blindés et en missiles, Washington s’en tenait à la livraison d’armes « non létales ». Il cite Obama tentant de se justifier devant la presse en arguant de l’incompétence des « paysans, enseignants ou pharmaciens » qui constituaient la rébellion, et de l’impossibilité de les former rapidement… Ce qui ressemble à un choix délibéré de non-assistance, et réfute la thèse d’une insurrection orchestrée par les États-Unis.

Achcar fait également un sort à l’idée selon laquelle Bachar Al-Assad combattrait les jihadistes. Plus que de collusions objectives, il s’agit de connivences. De même, le régime a sciemment organisé la militarisation d’une rébellion initialement pacifique, jusqu’à la livraison à peine discrète d’armes aux insurgés de Deraa, dans le sud du pays. Il cite cet aveu du vice-président Farouk Al-Chareh au rédacteur en chef du journal du Hezbollah : « Au début des événements, le gouvernement suppliait qu’apparaisse […] un tireur isolé sur le toit d’un immeuble. » Alors, la répression pourrait se déchaîner. Mais où en est-on aujourd’hui ? Pour Achcar, une transition politique est toujours possible à condition qu’elle soit « fondée sur la démission d’Assad ». Cela d’autant plus, dit-il, qu’un grand nombre de rebelles rompront avec les groupes jihadistes « lorsque le jihadisme cessera d’être un moyen de gagner sa vie ».

La manipulation est également omniprésente dans l’histoire de la contre-révolution égyptienne. Achcar montre comment l’instrumentalisation par l’armée du mouvement Tamarrod – vaste mobilisation contre « la gestion calamiteuse de leur pouvoir par les Frères musulmans » – a préparé le sanglant coup d’État du général Al-Sissi. Là encore, on aura constaté la complicité passive des États-Unis, jusqu’à récuser la qualification de « coup d’État » qui aurait placé Washington devant l’obligation de sanctionner le nouveau régime. Gilbert Achcar a cette conclusion que l’on ne peut que partager : « La frustration des espoirs suscités par le “printemps arabe” de 2011 est l’une des sources principales de recrutement pour le terrorisme intégriste islamique. »

Symptômes morbides, Gilbert Achcar, Sindbad/Actes Sud, 280 p., 22 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 abonné·es

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant