Le plateau de Saclay sacrifié sur l’autel du Grand Paris

Présenté comme la future Silicon Valley française, le projet pharaonique du cluster Paris-Saclay aura de nombreuses conséquences sur l’agriculture, l’environnement et le patrimoine historique des alentours.

Poumon vert de près de 5 000 hectares, le plateau de Saclay, situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris, compte parmi les terres les plus fertiles d’Île-de-France. Mais, depuis quelques années, les champs de blé, de colza et de maïs sont menacés par un projet de pôle technologique et universitaire. Ce « cluster », qui devrait regrouper d’ici 2020 le fleuron de la recherche et de l’innovation françaises (École normale supérieure, Polytechnique et CNRS, entre autres), doit amputer de près de 400…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents