Législatives : Guerre froide à gauche de la gauche

C’est un véritable bras de fer que se livrent le PCF et la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon autour des investitures pour les législatives.

Pauline Graulle  • 18 janvier 2017 abonné·es
Législatives : Guerre froide à gauche de la gauche
© Serge TENANI/AFP

Qui finira par lâcher prise ? C’est un véritable bras de fer que se livrent le PCF et la France insoumise (FI) autour des législatives. En novembre, le parti de Pierre Laurent a fini par se ranger à un soutien sans enthousiasme au candidat Mélenchon. Mais les alliés de l’élection de mai butent désormais sur les élections de juin. Incapables de se mettre d’accord sur une répartition nationale équitable, FI et PCF ont ainsi annoncé qu’ils présenteraient chacun de leur côté des candidats dans toutes les circonscriptions.

En conseil national, samedi dernier, le PCF a entériné une première liste de 253 candidats – une deuxième salve sera présentée le 3 mars. « Dans toute une série d’endroits, nous avons tenté des contacts [avec FI] et les portes se sont fermées, […] nous avons pris nos responsabilités », a justifié Pierre Laurent lors d’une conférence de presse. Soulignant que le PCF a « pris [sa] part dans le rassemblement » en ne présentant pas de candidat communiste face à Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, le secrétaire national juge désormais que c’est à FI de faire un geste en s’alliant d’emblée aux députés communistes sortants.

Las ! Place du Colonel-Fabien, ­l’investiture d’un candidat FI dans la circonscription d’André ­Chassaigne, chef des députés Front de gauche à l’Assemblée, a été perçue comme une provocation. Idem pour l’investiture d’Alexis ­Corbière, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, qui se présente à Montreuil (93) face au candidat que le PCF a choisi de soutenir.

Quand les « mélenchonistes » accusent le PCF de vouloir s’approprier les circonscriptions gagnables, les communistes les suspectent de tenter une OPA voilée sur leur parti en conditionnant toute investiture à la signature de la charte de FI. Autre sujet qui coince : le PCF veut se laisser toute latitude pour passer des alliances locales avec les Verts ou des socialistes. « Nous entendons rester une formation indépendante qui ne veut s’interdire aucune alliance », a précisé Pierre Laurent. « On ne va pas aborder la campagne législative dans la foulée de la présidentielle, a-t-il aussi souligné. Nous, on dit aux Français : élisez des députés qui resteront fidèles aux engagements qu’ils ont portés et pas parce qu’ils sont fidèles à tel candidat. »

Pour l’instant, donc, chacun semble avoir ses bonnes raisons de camper sur ses positions. La France insoumise et le PCF se revoient le 23 janvier. Sans accord, l’affaire pourrait se révéler désastreuse, des candidatures concurrentes ne pouvant aboutir qu’à l’élimination de la gauche (hors PS) à l’Assemblée nationale durant le prochain quinquennat.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian
Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage
Analyse 29 mai 2024 abonné·es

Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage

En un septennat, le chef de l’État et ses soutiens n’ont cessé de trahir le pacte républicain sur lequel Emmanuel Macron s’était engagé en 2017. Tout en installant un face-à-face permanent et dangereux avec Marine Le Pen et le Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian