Patrick Autréaux : L’au-delà de la littérature

Dans La Voix écrite, Patrick Autréaux interroge le sens de sa nécessité d’écrire, notamment au regard de l’expérience de la maladie et de la proximité de la mort. Le récit d’une aventure intellectuelle et humaine.

À la radio, récemment, un membre de l’Académie Goncourt a jugé que la littérature française « se regarde beaucoup le nombril ». Un poncif usé comme un juré de prix dits littéraires, qui témoigne de la paresse de ces « gensdelettres » endormis sur leur réputation thésaurisée, et de leur surdité à tout ce qui est écriture vivante. On imagine leur désarroi devant cette phrase extraite du nouveau livre de Patrick Autréaux – mais pas d’inquiétude, ils ne s’aventurent pas sur des rivages qui leur sont inconnus :…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents