« Vivere », de Judith Abitbol : L’évidence d’un sentiment

Dans Vivere, documentaire intimiste, Judith Abitbol montre l’amour qui unit une mère, saisie par la maladie, et sa fille.

Elles se prennent dans les bras, s’embrassent, se caressent les mains ou le visage. Elles s’engouffrent dans la même blouse parce que celle-ci est bien trop grande pour la mère. Paola est la fille d’Ede Bartolozzi, qui a vécu toute son existence dans son village natal, en Italie. Paola parcourt le monde pour son travail, mais elle vient le plus fréquemment possible rendre visite à sa mère. L’amour entre elles est immédiatement visible, sans être ostentatoire. C’est cet amour que la caméra de la cinéaste…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents