Voter avec ses tripes

Bien que sous-estimé par les sciences politiques, le facteur émotionnel est déterminant lors d’un scrutin. Mais la peur ou la colère ne mènent pas forcément là où l’on pense.

Pauline Graulle  • 5 janvier 2017 abonné·es
Voter avec ses tripes
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

Et s’il suffisait d’un attentat de plus pour que Marine Le Pen accède au pouvoir en 2017 ? C’est le scénario noir qui hante les états-majors politiques. Sous la menace terroriste, et dans un contexte de rejet massif des partis traditionnels, la présidentielle à venir semble particulièrement vulnérable aux mouvements d’opinion. Après le choc du Brexit et la victoire surprise de Donald Trump aux États-Unis, c’est la France qui se préparerait à une élection à fort risque émotionnel. Aujourd’hui, plus que jamais, « le peuple […] n’est-il pas tenté par les pires dérives de l’irrationnel et de la haine ? », s’inquiétait le philosophe Michel Wieviorka, dans Libération, fin décembre.

Un vote peut-il

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes