Voter avec ses tripes

Bien que sous-estimé par les sciences politiques, le facteur émotionnel est déterminant lors d’un scrutin. Mais la peur ou la colère ne mènent pas forcément là où l’on pense.

Pauline Graulle  • 5 janvier 2017 abonné·es
Voter avec ses tripes
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

Et s’il suffisait d’un attentat de plus pour que Marine Le Pen accède au pouvoir en 2017 ? C’est le scénario noir qui hante les états-majors politiques. Sous la menace terroriste, et dans un contexte de rejet massif des partis traditionnels, la présidentielle à venir semble particulièrement vulnérable aux mouvements d’opinion. Après le choc du Brexit et la victoire surprise de Donald Trump aux États-Unis, c’est la France qui se préparerait à une élection à fort risque émotionnel. Aujourd’hui, plus que jamais, « le peuple […] n’est-il pas tenté par les pires dérives de l’irrationnel et de la haine ? », s’inquiétait le philosophe Michel Wieviorka, dans Libération, fin décembre.

Un vote peut-il basculer sous le coup d’un mouvement d’humeur de grande ampleur ? Dans quelle mesure les émotions individuelles influencent-elles le choix du bulletin que l’on glisse dans l’urne ? Nos choix politiques sont-ils seulement rationnels ? Et l’émotion est-elle nécessairement un mal ?

Le militant écolo Patrick Farbiaz, qui sillonne le terrain électoral depuis des années, coauteur avec Noël Mamère de La Tyrannie de l’émotion [^1], se souvient de son premier contact « très émotionnel » avec la politique en plein Mai 68. Aujourd’hui, il est catégorique : « Les candidats ont beau dépenser beaucoup d’énergie et d’argent pour élaborer leur programme, ce n’est pas le rationnel qui fait une élection. » Voilà qui expliquerait au passage deux grands mystères non élucidés de la science politique moderne : pourquoi le peuple persiste à voter contre ses intérêts de classe… et pourquoi les discussions politiques lors des repas de famille finissent généralement dans un bain de sang.

« On oppose souvent émotion et raison, mais ce n’est pas si simple. En réalité, tout est mêlé », indique Emmanuel Négrier, enseignant en sciences politiques à l’université de ­Montpellier-I, qui a coordonné un ouvrage ­intitulé La Politique à l’épreuve des ­émotions [^2]. À rebours du fantasme d’un électeur « rationnellement pur », le chercheur souligne le « caractère intrinsèquement passionnel des questions politiques et le caractère structurel des émotions » dans les comportements humains. Et ce dès notre plus tendre enfance, la psychologie ayant montré combien l’amour maternel est nécessaire au développement des capacités cognitives du bébé.

Las ! La dimension émotionnelle demeure snobée, quand elle n’est pas vilipendée [^3], par les très cartésiennes filières de sciences politiques françaises. Elle fait en revanche partie intégrante, depuis plus de trente ans, des recherches anglo-saxonnes. Loin de la fameuse formule que Bill Clinton épingla dans son QG de campagne en 1992 (« It’s the economy, stupid ! »/« [La clé de l’élection], c’est l’économie, idiot ! »), et plus près de ma grand-mère qui affirmait voter pour Jacques Chirac « parce qu’il [était] bel homme », de nombreuses expériences de psychologie sociale ont ainsi démontré que la peur, l’espoir, l’admiration ou le dégoût peuvent se révéler déterminants dans les intentions de vote : « Les recherches américaines ont montré que les affects positifs, comme l’enthousiasme ou l’espoir, incitent l’électeur à se fonder sur ses habitudes et donc à préférer le statu quo, et que, à l’inverse, des sentiments négatifs, telle la peur, favorisent plutôt les “outsiders” », rapporte Marion Ballet, chercheuse associée au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines à l’université de Versailles-Saint-Quentin.

Un chercheur de l’Université hébraïque de Jérusalem a même montré, expérience à l’appui, que voir au préalable des photos de nourriture peu ragoûtante pouvait influencer l’opinion des personnes testées sur l’adoption par les couples homosexuels ! « Dans un monde où l’idéologie serait régie par une rationalité sans biais, les débats politiques se feraient dans une petite pièce réservée aux gens intelligents », écrit l’économiste britannique Eyal Winter dans un article du Guardian [^4] où il rapporte l’expérience israélienne. Or, en réalité, « voter a plus à voir avec le désir d’expression qu’avec la prise en compte des conséquences ». Ce qui expliquerait ces incroyables scènes de regret collectif exprimé par bon nombre d’électeurs pro-Brexit dès le lendemain du référendum, le 23 juin dernier. Ou que le peuple américain a voté pour un président qui proclame haut et fort que la vérité n’a pas d’importance en politique.

Plus encore dans cette ère où la « post-vérité » devient une stratégie électorale, faire de la politique vise à donner une forme publique aux émotions individuelles. « L’idéologie est une institutionnalisation des sentiments », souligne Emmanuel Négrier. Un mélange d’idées et de ressenti, en somme. Difficile, par exemple, de séparer le souverainisme de la nostalgie, la xénophobie de la peur, ou la conquête de nouveaux droits de l’espoir. En appelant les citoyens à « s’indigner », Stéphane Hessel avait tout compris de la vertu mobilisatrice de l’émotion. « Beaucoup d’études montrent que certaines émotions permettent de raisonner, on ne peut donc pas opposer raison et émotions : c’est à travers elles que nous façonnons notre rapport au monde », estime Marion Ballet.

Faire vibrer la corde émotionnelle n’a donc rien de forcément honteux ou manipulatoire, ni d’ailleurs de nouveau. De de Gaulle à ­Sarkozy, rappelle ainsi Emmanuel Négrier, les mémoires des politiques regorgent d’appels aux sentiments. À ceci près que le Général exalte la grandeur de la France, la justice et le combat collectif, alors que les responsables actuels évoquent le bonheur de leur mariage ou leurs ambitions personnelles. « L’émotion est un invariant de la construction politique, mais la nouveauté est qu’elle joue aujourd’hui sur le registre de l’intime, du fantasme d’un rapport direct entre le citoyen et le leader politique », souligne le chercheur. Sur le canapé de Karine Le ­Marchand, on laisse même perler une larme à l’évocation d’un souvenir douloureux ou joyeux…

Marion Ballet a passé dix ans à éplucher les déclarations de candidature et les clips de campagne de tous les candidats à la présidentielle entre 1981 et 2012. Si elle observe une augmentation continue des usages émotionnels – il faut bien appâter le citoyen-zappeur –, elle aussi constate un déplacement du registre émotionnel de la sphère collective à la sphère individuelle : « Il y a un avant et un après-chute du mur de Berlin. Nous sommes aujourd’hui dans une société rétractée sur le présent et beaucoup plus individualisée, faute de grands récits collectifs. Du coup, l’émotion, qui était jadis encadrée, structurée par les cultures partisanes, s’accroche désormais à des objets disparates et volatils. Et, en face, les hommes politiques se concentrent eux aussi sur les maux des électeurs : d’où l’entrée en force de la “compassion” dans le discours politique. »

En 2002, l’affaire « Papy Voise », du nom de ce vieil homme agressé par des jeunes, qui était apparu le visage tuméfié sur tous les écrans de télévision, avait été un coup de semonce. Quinze ans plus tard, le discours « victimaire » est produit de manière quasiment industrielle par des batteries de communicants. « Nicolas Sarkozy a été le premier à installer une cellule à l’Élysée dédiée au storytelling, explique Patrick Farbiaz. C’est lui qui a instauré en France la construction de séquences politiques selon le schéma : “fait divers, émotion, loi”. » Quand ce n’est pas l’homme politique qui se présente lui-même comme la victime – des médias (Mélenchon ou Le Pen), de son parti (Hollande), voire du départ de sa femme (Sarkozy)…

Le problème dans cette histoire n’est « pas l’émotion en soi, c’est le fait que les émotions plus individualisées offrent plus de prise aux manipulations, car le groupe n’est plus là pour “protéger” l’individu », avertit Emmanuel Négrier. « Si tu ne t’occupes pas de politique, la politique s’occupera de toi », disait-on dans les années 1970. Il serait grand temps que les observateurs politiques s’occupent des émotions en politique. Sous peine que la politique s’occupe de nos émotions à notre place.

[^1] Jean-Claude Gawsewitch, 2008.

[^2] À paraître en mars aux Presses universitaires de Rennes.

[^3] Lire notamment « La stratégie de l’émotion. Frémir plutôt que réfléchir », Anne-Cécile Robert, Le Monde diplomatique, février 2016.

[^4] « Voting is irrationnal. Emotions always win », 7 mai 2015.

À lire également : Frédéric Lordon, Les Affects de la politique, Seuil, 2016

Politique
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent
Politique 20 juillet 2024 abonné·es

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent

La gauche gagne la présidence de la commission des finances et celle des affaires culturelles et de l’éducation. Les Macronistes se taillent la part du lion grâce à l’appui quasi-systématique des députés du Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian
La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée
Direct 19 juillet 2024

La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée

L’élection du bureau de l’Assemblée nationale a viré à l’avantage de la gauche qui emporte la majorité de ces postes-clés pour l’organisation et la direction des débats. Le RN n’y a aucun élu, tout comme le MoDem. Récit de cette très longue journée qui ne s’est achevée qu’au petit matin.
Par Michel Soudais
À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez
Parlement 19 juillet 2024 abonné·es

À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez

Malgré sa lourde défaite aux législatives, le bloc présidentiel conserve le perchoir grâce à un deal avec la droite. La gauche, perdante de cette élection stratégique, dénonce un « vol » politique et cède du terrain pour Matignon.
Par Lucas Sarafian
« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner
Mobilisation 18 juillet 2024 abonné·es

« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner

Plusieurs dizaines de rassemblements, à l’initiative de la CGT Cheminots, se sont tenus ce jeudi partout dans l’Hexagone. À Paris, quelques milliers de personnes se sont déplacées pour demander la mise en place, au plus vite, d’un gouvernement du Nouveau Front populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc