Voter avec ses tripes

Bien que sous-estimé par les sciences politiques, le facteur émotionnel est déterminant lors d’un scrutin. Mais la peur ou la colère ne mènent pas forcément là où l’on pense.

Et s’il suffisait d’un attentat de plus pour que Marine Le Pen accède au pouvoir en 2017 ? C’est le scénario noir qui hante les états-majors politiques. Sous la menace terroriste, et dans un contexte de rejet massif des partis traditionnels, la présidentielle à venir semble particulièrement vulnérable aux mouvements d’opinion. Après le choc du Brexit et la victoire surprise de Donald Trump aux États-Unis, c’est la France qui se préparerait à une élection à fort risque émotionnel. Aujourd’hui, plus que…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents