Bure : la justice remet en cause la propriété de l'Andra sur le bois Lejuc

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Victoire pour les opposants au centre d'enfouissement de déchets radioactifs (Cigéo), à Bure (Meuse) : le tribunal administratif de Nancy a invalidé la délibération prise en juillet 2015 par le conseil municipal de la commune de Mandres-en-Barrois. Elle autorisait une transaction permettant de céder les 220 hectares du bois Lejuc à l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), qui veut y implanter des équipements pour Cigéo. Sous la pression de l'agence (la parcelle est indispensable à son projet), le maire avait voulu passer en force en imposant notamment le vote à bulletin secrets, en violation flagrante du code général des collectivités territoriales. Quatre habitants avaient porté plainte, et la justice vient de leur donner raison.

Le maire a désormais quatre mois pour faire revoter une délibération conforme, faute de quoi l'acte de vente devrait être résilié en bonne et due forme. Mais le risque est réel que le conseil municipal se braque, car les enjeux apparaissent désormais au grand jour depuis que les opposants occupent le bois – y compris le fait que la perte du bois s'avère une mauvaise affaire économique pour la commune.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents