FN : Beaucaire, une vitrine nationale

À la tête de la quatrième ville du Gard, Julien Sanchez, jeune apparatchik du FN, fait habillement fructifier sa victoire de 2014, face à une opposition désemparée. Reportage.

Patrick Piro  • 15 février 2017 abonné·es
FN : Beaucaire, une vitrine nationale
© Photo : Patrick Piro

Petit attroupement à la terrasse du café La Place, sous les platanes dénudés : Mohamed Zhani, le propriétaire, vient de se procurer le livre qui fait beaucoup parler Beaucaire : L’Illusion nationale, dont un chapitre est consacré aux témoignages d’habitants de cette ville gardoise passée au Front national (FN) en 2014. Abdenour Bara, patron d’un « kebab », reconnaît des visages. « Ça commence toujours comme ça : “Je ne suis pas raciste mais… je suis au chômage, on en donne trop aux Arabes, etc.” Et quand on les a en face de nous, c’est “ah mais toi, c’est pas pareil !” »

En 2015, il s’est joint, avec quatre autres commerçants musulmans, à la plainte de Mohamed Zhani contre deux arrêtés du maire, Julien Sanchez, pris la veille du ramadan, et interdisant l’ouverture des magasins après 23 heures dans certaines rues du centre-ville au prétexte de lutter contre les nuisances sonores.

Lors de sa campagne électorale, Julien

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Publié dans le dossier
Pourquoi le FN n'est pas républicain
Temps de lecture : 9 minutes