L’exil en mémoire

Avec « Un paese di Calabria », Shu Aiello et Catherine Catella livrent un documentaire sur des migrants qui, riches de ressources humaines, pallient l’exode rural dans ce coin d’Italie.

Une terre aride et vallonnée, ponctuée d’oliviers et de vignes. Dans le village médiéval de Riace, accroché sur les hauteurs, déclinant ses reliefs écrasés par le soleil calabrais, les portes se sont refermées les unes après les autres, les maisons ont été abandonnées. Le village s’est dépeuplé, comme ailleurs dans le Mezzogiorno, ce Sud italien exsangue, vidé de ses habitants cherchant fortune au Nord ou ailleurs, du côté des Amériques. Riace ne tient plus que sur la mémoire de ses vieillards et quelques…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents