Pierre Laurent : « Une fenêtre s’ouvre, il ne faut pas la refermer »

Pour Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, seul un « pacte de majorité » entre le PS, la France insoumise et les Verts peut conduire à la victoire.

Denis Sieffert  et  Christophe Kantcheff  et  Pauline Graulle  • 8 février 2017 abonné·es
Pierre Laurent : « Une fenêtre s’ouvre, il ne faut pas la refermer »
© Photo : JEAN-SÉBASTIEN EVRARD/AFP

Plus d’une semaine s’est écoulée depuis la victoire de Benoît Hamon à la primaire et sa main tendue à la gauche de l’échiquier politique. Méfiant vis-à-vis du député socialiste et en désaccord sur la stratégie du rassemblement, à laquelle il oppose la stratégie de la rupture avec le quinquennat précédent, Jean-Luc Mélenchon a imposé comme préalable à toute discussion que Benoît Hamon « choisi[sse] entre eux [les sociaux-libéraux, NDLR] et nous ». Pourtant soutien du candidat de la France insoumise, Pierre Laurent voit en revanche dans le rassemblement de toute la gauche la seule chance d’une victoire à la présidentielle et aux législatives.

Politis a rencontré le leader des communistes dans son bureau de la place du Colonel-Fabien. Pour lui, l’investiture de Benoît Hamon remet au centre du jeu son parti, qui s’était jusqu’ici effacé, bon an mal an, derrière la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Pierre Laurent ne désespère pas que tout le monde parvienne à se mettre d’accord sur un « contrat de majorité ». À la condition, prévient-il, que s’ouvre un débat public de fond entre les forces en présence.

Vous avez salué la victoire de Benoît Hamon à la primaire organisée par le PS. En quoi est-elle, selon vous, une bonne nouvelle ?

Pierre Laurent : Ce qui vient de se passer dans la primaire socialiste confirme ce que j’ai dit tout au long de l’année écoulée, c’est-à-dire que les jeux n’étaient pas faits et que les électeurs de gauche du pays ont beaucoup de choses en commun : la critique du quinquennat écoulé, mais aussi l’aspiration à une politique de gauche qui retrouve ses valeurs et ses couleurs. On a la confirmation que les électeurs de gauche ne sont pas irréconciliables, comme certains l’ont prétendu. Aujourd’hui, des perspectives nouvelles s’ouvrent, alors que le scénario politique paraissait verrouillé.

Cela replace le PCF au centre du jeu. Quel type d’initiatives comptez-vous prendre ?

Il y a en lice aujourd’hui, et ce n’est pas la situation que j’ai souhaitée, plusieurs candidats de gauche qui sont, d’une manière ou d’une autre, légitimés par une partie des familles de la gauche. Si on veut faire avancer la situation, il faut, tout au long du mois de février, multiplier les initiatives qui pousseront le débat sur les contenus afin d’aboutir à ce que nous avons appelé un « pacte d’engagement commun », un « contrat de majorité » à gauche. Une fenêtre s’ouvre. Il ne faudrait pas la refermer de nouveau

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian