Pouria Amirshahi : « Les nouvelles lois sécuritaires pourraient servir un pouvoir autoritaire »

En arrière-plan des violences policières à Aulnay-sous-Bois, les députés ont approuvé à l’unanimité moins une voix, celle de Pouria Amirshahi, un projet de loi étendant les pouvoirs de la police.

Le 8 février, en pleine affaire d’Aulnay-sous-Bois, les députés ont approuvé un projet de loi de sécurité publique qui étend les pouvoirs de la police. Après les agressions contre quatre policiers à Viry-Châtillon en octobre et les manifestations policières qui ont suivi, ce texte entend assouplir les règles de légitime défense des policiers, durcir les peines pour outrage et autoriser l’anonymat des enquêteurs. Il a été voté dans un hémicycle clairsemé, à l’unanimité sauf une voix : celle de Pouria Amirshahi. Le député ex-PS avait déposé une motion de rejet préalable, au motif que ce projet de loi « tente de répondre, et de mauvaise façon, au mal-être des policiers dans l’exercice de leurs fonctions sans tenir compte du malaise grandissant à l’égard des policiers chez de nombreux citoyens ». 

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents