Police : les députés adoptent une loi inutile voire dangereuse

Michel Soudais  • 16 février 2017
Partager :
Police : les députés adoptent une loi inutile voire dangereuse
© Photo : FRANCOIS GUILLOT / AFP

L’Assemblée nationale a adopté hier dans une indifférence générale la dernière mouture du projet de loi sur la sécurité publique. Un projet de loi présenté par le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, comme une réponse aux manifestations policières de l’automne, mais que des avocats et magistrats jugent inutile, voire dangereux. Alors que l’agression sauvage du jeune Théo par quatre policiers à Aulnay-sous-Bois jette une lumière crue sur les trop nombreuses violences policières, ce projet de loi n’est pas de nature à apaiser les tensions.

Lire > Une violence trop ordinaire

Ce texte assouplit en effet les règles de légitime défense pour les policiers, durcit les peines pour outrages aux forces de l’ordre et autorise l’anonymat des enquêteurs.

En première lecture, il avait été adopté par le Sénat en janvier, et approuvé à l’unanimité et à main levée, le 8 février, par la quinzaine de députés PS, LR et FN présents. Le député de la 9e circonscription des Français de l’étranger, Pouria Amirshahi (ex-PS), avait été bien seul à défendre une motion de rejet préalable. « La sacralisation d’une police mythifiée après les attentats a complètement aveuglé l’opinion et empêché toute discussion sur le contrôle de la police républicaine », déplore-t-il dans l’entretien qu’il a accordé cette semaine à Politis.

Lire > « Ces lois pourraient servir un pouvoir autoritaire »

Restaient quelques petites divergences entre les deux chambres qu’une commission mixte paritaire a vite gommées en durcissant le texte. Et c’est cette version que les députés ont validée hier par 34 voix contre 5 (voir le détail du scrutin). Revenant sur leur vote du 8 février, où ils s’étaient abstenus, les deux députés du Front de gauche présents lors du vote ont voté contre. Les deux députés du FN, absents hier, avaient chaudement approuvé le texte la semaine dernière. Ce projet de loi doit encore être approuvé ce 16 février par le Sénat. Une simple formalité.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Jean-Luc Mélenchon est un candidat possible »
Entretien 22 avril 2024 abonné·es

« Jean-Luc Mélenchon est un candidat possible »

Manuel Bompard, le coordinateur national du mouvement insoumis, plaide pour la poursuite du rassemblement des gauches après les élections européennes. Pour Politis, il évoque aussi Rima Hassan, les 100 jours d’Attal à Matignon et l’horizon 2027.
Par Lucas Sarafian
Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus
Justice 18 avril 2024 abonné·es

Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus

Les 2 et 3 avril derniers, à Paris, Jean-Noël « Txetx » Etcheverry et Béatrice Molle-Haran répondaient de leur participation à l’opération de désarmement de l’organisation de lutte armée ETA en 2016, à Louhossoa, au Pays basque. Avec cette question : un acte illégal, mais qui s’est avéré légitime, mérite-t-il d’être puni ?
Par Patrick Piro
« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »
Entretien 17 avril 2024 abonné·es

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »

Peter Mertens, député et secrétaire général du Parti du travail de Belgique, publie Mutinerie. Il appelle à multiplier les mobilisations contre l’Europe néolibérale et austéritaire sur tout le Vieux Continent.
Par Olivier Doubre
« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 
Politique 12 avril 2024 abonné·es

« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 

À la peine dans les sondages pour les élections européennes, avec une campagne qui patine, le parti écologiste se déchire sur fond d’affaire Julien Bayou. La secrétaire nationale, Marine Tondelier, tente d’éteindre le démon de la division.
Par Nils Wilcke