Réfugiés : un harcèlement sans fin

Le cynisme récurrent des forces de l’ordre devient insupportable pour ces riverains solidaires du XVIIIe arrondissement de Paris.

Politis  • 1 février 2017
Partager :
Réfugiés : un harcèlement sans fin
© Photo : GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Comme chaque matin de la semaine, les enfants se rendent à l’école Pajol, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Comme chaque matin, des migrants dorment comme ils peuvent sur le trottoir d’en face, et des bénévoles leur servent un petit-déjeuner grâce à l’opération « Café solidaire ». Mais le vendredi 27 janvier, c’est un autre genre d’opération qui a eu lieu. Sous les yeux des enfants, des policiers en civil – essentiellement des femmes – et d’autres plus équipés, affublés souvent du surnom de « Robocops », ont embarqué une quinzaine de réfugiés. « On va leur donner à manger et des papiers ! », a riposté un policier aux parents d’élèves indignés.

Si l’intervention n’a pas été musclée, le cynisme récurrent des forces de l’ordre devient insupportable pour ces riverains solidaires. Car la destination de la fourgonnette était bien le commissariat. Depuis, les mineurs auraient été relâchés et les adultes auraient reçu une OQTF (obligation de quitter le territoire français).

« Au-delà de l’incompréhension soulevée par l’absence de réponse politique à cette situation qui dure depuis maintenant plusieurs années et du caractère inadmissible de cette stratégie de harcèlement dont font l’objet les migrants dormant dans nos rues, il est insupportable que de telles opérations aient lieu, encore plus devant une école à l’heure de l’accueil des enfants », écrit Benoît Lochon, président de l’association Quartiers solidaires. Un éternel recommencement à la halle Pajol, laquelle avait vu s’installer le premier campement parisien de migrants en 2015, violemment évacué. C’est là aussi que des policiers confisquaient les couvertures des réfugiés lors des nuits glaciales début janvier.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant
Violences sexistes et sexuelles : pour prolonger notre numéro spécial
Conseils 16 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : pour prolonger notre numéro spécial

Politis vous propose une sélection d’essais, de livres, de podcasts, de documentaires, etc. et une liste d’associations d’aide aux victimes, en complément de son numéro spécial, consacré à la parole des victimes de violences sexistes et sexuelles, à retrouver sur notre boutique et sur notre site.
Par Politis