« Congo-Océan » : un train mangeur d’hommes

510 kilomètres de chantier décidé par la France causent, entre 1921 et 1934, la mort de 17 000 personnes.

Hugo Boursier  • 1 mars 2017 abonné·es
« Congo-Océan » : un train mangeur d’hommes
© photo : leemage

« Un effroyable consommateur de vies humaines ». Ce sont les mots qu’emploie André Gide dans Voyage au Congo (1927) pour qualifier la construction de la ligne de chemin de fer dans la colonie française, censée relier Brazzaville à Pointe-Noire. Les 510

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)