Philippe Poutou, miroir de classe

Le candidat du NPA n’a pas vocation à être élu. Il ne le souhaite pas. Ce trublion politique n’a qu’un seul objectif : apporter des éléments de débat dans un monde politico-médiatique sclérosé.

C’est à l’imprimerie de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) que Philippe Poutou, candidat à la présidentielle du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), nous reçoit. Dans ce vieil immeuble, vestige industriel du cœur de Montreuil, les murs sont jaunis et les portes floquées d’affiches révolutionnaires. Philippe Poutou débarque, l’accent bordelais qui chante, le sourire aux lèvres et le regard franc. Son téléphone ne cesse de sonner : les journalistes le sollicitent pour connaître son ressenti après «…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents