Politique et histoire : Champ de batailles

La façon dont les hommes politiques se servent de l’histoire pour susciter l’adhésion en dit long sur eux-mêmes et sur les évolutions de la société.

Nadia Sweeny  • 1 mars 2017 abonné·es
Politique et histoire : Champ de batailles
© Photo : Luisa Ricciarini/Leemage/AFP

Les propos prononcés par Emmanuel Macron à Alger, le 14 février, ont fait du bruit. Définissant la colonisation comme un « crime contre l’humanité » dont la France « doit s’excuser », le fondateur d’En marche ! a reçu de certains une volée de bois vert. Emmanuel Macron découvre qu’en France l’histoire est restée un champ de bataille politique où le récit national tient sa ligne.

La droite de François Fillon porte en étendard le retour de ce roman national d’antan, dans lequel la France glorieuse suscite la fierté de la nation. François Bayrou, n’ayant pas peur des anachronismes, veut, lui, copier l’école de Charlemagne, alors que Jean-Luc Mélenchon affirme : « Nous sommes les filles et les fils des Lumières et de la grande Révolution ! À partir du moment où l’on est français, on adopte le récit national. »

Face aux crises économiques et sociales, aux instabilités politiques et financières, le passé redevient une valeur refuge. Comme si, impuissants devant un futur incertain, les politiques s’attachaient à nous faire rêver d’un passé glorifié, rassurant notre « identité nationale » mise en détresse par la mondialisation.

Pourtant, « l’idée que la nation se serait construite à l’abri de la mondialisation, qui la fragiliserait, est fausse », explique l’historien Nicolas Delalande, coordinateur du livre collectif L’Histoire mondiale de la France, dirigé par Patrick Boucheron. Avec cet ouvrage écrit par plus de 120 historiens, ce dernier « entend mobiliser une conception pluraliste de l’histoire contre l’étrécissement identitaire qui domine aujourd’hui le débat public », peut-on lire en introduction. Aujourd’hui, « s’est développée une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Idées
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

« Le combat de Julian Assange est celui du droit à l’information » 
Reportage 21 février 2024

« Le combat de Julian Assange est celui du droit à l’information » 

Un rassemblement avait lieu mardi 20 février à Paris pour demander la libération de du fondateur de WikiLeaks, qui risque l’extradition par le Royaume-Uni et 175 ans de prison aux États-Unis. Reportage.
Par Léa Lebastard
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
« Marc Fesneau ne change pas du tout le cap »
Entretien 21 février 2024 abonné·es

« Marc Fesneau ne change pas du tout le cap »

Manon Meunier, ingénieure agronome et députée insoumise de Haute-Vienne, estime que le gouvernement n’est pas à la hauteur de la crise du monde paysan. Et appelle à un changement de modèle agricole.
Par Lucas Sarafian
Au pays des barges, les vaches sont bien élevées
Reportage 21 février 2024 abonné·es

Au pays des barges, les vaches sont bien élevées

Dans le Marais breton, en Vendée, épaulé·es par le réseau Paysans de nature, de jeunes agriculteurs et agricultrices développent une activité rentable, en harmonie avec la nature et en interaction avec les habitants.
Par Vanina Delmas