RTL censure François Ruffin et Alice Diop

Un « moment polémique » de la cérémonie des César passé sous silence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Coincé vendredi soir dans ma voiture, j’allume l’auto-radio sur RTL, qui retransmet la cérémonie des César en direct. Mais quels sont ces parasites sur l’antenne ? Nul problème technique : la diffusion est hélas agrémentée de commentaires du réalisateur Patrice Leconte et de Dominique Besnehard, longtemps agent artistique, aujourd’hui producteur. Deux personnages offrant toute garantie en matière de poncifs mondains et de conservatisme cinéphilique. Voire de poujadisme décomplexé en ce qui concerne l’auteur des Bronzés. Ainsi, quand vient le tour du César du meilleur documentaire, ne cachant pas sa déception, Patrice Leconte glisse que le lauréat, Merci Patron !, ne relève pas vraiment du cinéma. Et que cette victoire est due aux votes des techniciens – ces tâcherons sans goût qui ont exprimé là leur gueuserie politique.

RTL fait mieux encore : contrairement aux discours de remerciements des autres récipiendaires, qui furent écoutés et parfois loués par nos commentateurs d’occasion, la voix de François Ruffin est tue. Tandis que, sur Canal +, le réalisateur dénonce sans ménagement l’inaction des gouvernements contre les délocalisations – « Pourquoi ça dure comme ça depuis trente ans ? Ça dure comme ça parce que ce sont des ouvriers qui sont touchés, et donc on n’en a rien à foutre… » –, un journaliste de RTL annonce que les César sont en train de vivre un « moment polémique », comme s’il s’agissait d’un accident pornographique dont il fallait protéger les auditeurs. Et la chaîne ne tarde pas à lancer sa litanie de publicités précédant le flash des informations.

Plus tard, les mêmes reçoivent George Clooney pendant qu’est remis le César du meilleur court-métrage. Lauréate ex-aequo, Alice Diop, réalisatrice du magnifique Vers la tendresse, dédie son prix à « ces jeunes qui n’ont pas ou plus la parole : Théo Luhaka, Adama Traoré, Zyed et Bouna, Lamine Dieng, Amine Bentounsi et Wissam ». Commentaire des grosses têtes de ce soir-là quand ils reprennent le cours de la cérémonie : « Nous avons raté le César du court-métrage, mais c’est sans importance, n’est-ce pas ? » RTL, première radio moisie de France.


Haut de page

Voir aussi

Le casse-tête catalan

Monde par

 lire   partager

Articles récents