Un trafic animalier et végétal de 15 milliards d'euros

Au-delà du rhinocéros de Thoiry, des éléphants, des orchidées, des oiseaux, des fauves continuent de disparaître, proies d'un commerce mondial illégal.

La mort mardi d’un rhinocéros de 5 ans au parc zoologique de Thoiry, tué pour scier sa corne, ne doit pas masquer un autre drame écologique : la disparition chaque année de 1 200 de ses congénères en Afrique du Sud tués par des braconniers. Sans oublier tous ceux qui sont massacrés dans les autres pays africains ainsi qu’en Asie. Avec un objectif identique : s’emparer de leurs cornes (certains en portent deux) car elles valent plus que de l’or pour les trafiquants, qui les réduisent ensuite en poudre. Car,…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents