« Ces quelques heures peuvent être décisives »

Pour son dernier discours de campagne de premier tour, Jean-Luc Mélenchon, aux côtés de Pablo Iglesias et Marisa Matias, s'est fait le candidat de « l'Europe insoumise ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Son dernier mot : « Adios ! » Pour son ultime jour de campagne, Jean-Luc Mélenchon a prononcé un discours résolument européen, empli de chaleur et d'émotion. C'est en petit comité, devant quelques centaines de personnes réunies en haut du parc de Belleville, à Paris, pour un « apéro insoumis » sous le soleil, que le leader de la France insoumise a mis, vendredi, un point final à sa campagne de premier tour.

Pablo Iglesias, le charismatique leader de Podemos (la formation de la gauche radicale ibérique), avait fait le déplacement pour dire – en langue espagnole – tout le bien qu'il pensait de « Jean-Luc ». Tout comme Marisa Matias, moins connue leader de la gauche radicale portugaise, qui a l'assuré, elle aussi, de son soutien pour aujourd'hui « et demain ».

Postés sur une petite estrade en plein milieu d'une foule où se pressaient beaucoup d'expatriés d'Europe du Sud, les trois ont voulu incarner « l'Europe insoumise ». « Quelle campagne magnifique ! », s'est enthousiasmée Marisa Matias, qui a plaidé pour une « Europe de coopération ». « Nous sommes là pour être heureux, pour dire qu'il y a de l'espoir. »

Haranguant la foule, Pablo Iglesias a estimé que Macron est le candidat du « marketing », Fillon celui de la « corrupción », et Marine Le Pen, la candidate « del miedo » (« de la peur »). « Vous pouvez être fiers, en France, d'avoir mis les bases d'une révolution démocratique », a-t-il poursuivi, estimant que Mélenchon était le meilleur pour « affronter Merkel ». « On a besoin d'un président de la République comme Mélenchon non seulement pour les Français, mais pour tous les Européens », a affirmé Iglesias, terminant par un « Libertad, egalidad, fratenidad ».

« Je suis prêt pour le deuxième tour »

Prenant ensuite le micro, Jean-Luc Mélenchon, détendu et visiblement heureux d'être si bien entouré, a osé quelques mots dans la langue de Cervantes. Et de répondre, dans la langue de Molière, à ceux qui lui reprochent d'être un antieuropéen : « Et celui qui vient me dire que ce n'est pas l'Europe que vous voyez là, alors qu'est-ce que c'est ? » Puis, plus grave : « Moi, je suis prêt à la suite, prêt pour le deuxième tour, prêt pour organiser ce qu'il y a après la victoire. » « Allez, au travail les gens ! », a-t-il ensuite lancé, avertissant que le scrutin allait « se régler à une poignée de voix ».

« Nous pourrions avoir un magnifique second tour débarrassé de madame Le Pen », a-t-il espéré, qualifiant d'« infamie » et de « malédiction » l'arrivée de l'extrême droite au second tour en 2002. « Ayez confiance en vous-mêmes les gens ! Les quelques heures [qui viennent] peuvent être décisives. Je me souviens la tête que je faisais, en 2002, quand j'ai compris qu'à deux voix près par bureau de vote, Jospin était éliminé. » Tout le monde a bien compris le message.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents