Emmanuel Macron : trois petits tours et puis s’en va

En tête du premier tour, Emmanuel Macron a prononcé quelques mots devant ses militants, puis s’en est allé. La victoire face à Marine Le Pen est presque assurée et le prochain enjeu se dessine déjà : les élections législatives.

Nadia Sweeny  • 23 avril 2017
Partager :
Emmanuel Macron : trois petits tours et puis s’en va
© photo : Eric FEFERBERG / AFP

Il est enfin apparu. Peu après 22h, dans cette immense salle du hall 5,3 du Parc des expositions de la Porte de Versailles, où seuls quelques centaines de militants l’attendaient impatiemment, Emmanuel Macron, n’a prononcé qu’une poignée de mots et puis s’en est allé. Un peu court tout de même.

Pourtant, dans la salle de 6 400 m2 louée pour l’événement, les quelques centaines de militants et sympathisants d’En Marche !, après s’être enlacés en entendant les résultats, ont longtemps attendu, dans une ambiance de dance-floor un peu surfaite. Les habituels petits drapeaux français étaient de rigueur, laissant paraître quelques pavillons européens.

« Tu le vois ? », a lancé Marika à son époux qui lui réponds par la négative. Cette ancienne communiste – pendant les années 1970 – attendra son champion jusqu’au bout. « Je vote Macron en électrice de gauche », affirme celle qui aurait rêvé être « une anarchiste » mais qui n’a jamais sauté le pas. « Macron est moderne, il sort du clivage droite-gauche : je ne voudrais pas voter à droite à l’insu de mon plein gré ! », s’exclame-t-elle. Autour d’elle, beaucoup de jeunes sont venus voir « la star ». Certains n’ont même pas l’âge de voter : « On est venus par curiosité… pour voir le futur Président. »

D’autres votaient en revanche pour la première fois de leur vie et ont opté pour le candidat d’En Marche !. « C’était le moins pire, il est nouveau, il ne trempe pas dans les affaires et il ne veut pas sortir de l’Europe », lance d’une traite Jérémy, 18 ans. Addisalem, 18 ans elle aussi, confirme. Pour cette étudiante qui se définit comme « sociale-démocrate », son candidat « veut une Europe de la coopération, pas de la confrontation. Nous vivons dans un monde mondialisé : on a besoin d’un peu de libéralisme et puis, c’était le seul candidat qui pouvait battre Marine Le Pen. Pour moi, il représente l’article 1 de la Constitution : la France indivisible », renchérit-elle.

« Président des patriotes face à la menace des nationalistes »

Sixte, 45 ans, originaire du Bénin, a préféré Emmanuel Macron après avoir voulu voter pour François Fillon. « Dès que les affaires sont sorties j’ai changé d’avis : on ne peut pas gouverner en étant mis en examen : ce n’est pas possible. Et puis il a une vraie dynamique. Il est plus jeune que moi, ça change ! »

Pourtant, dès qu’on aborde la question des législatives, les choses se corsent un peu. Lors de son discours, Emmanuel Macron a d’ailleurs rapidement abordé la question. Après avoir fait applaudir ses adversaires, il a rapidement évoqué la « majorité parlementaire à construire dès demain. » Pour lui, c’est déjà l’enjeu. Car, si l’on en croit les estimations, Emmanuel Macron devrait, sans surprise, prendre la place de François Hollande le 7 mai prochain, devançant Marine Le Pen.

Celui qui se veut « le Président des patriotes face à la menace des nationalistes », assurant une « alternance véritable », n’a cependant pas rendu publique la liste finale des candidats investis par En Marche ! pour les élections législatives. « C’est un peu tard, s’inquiète Sixte. Je ne connais pas le candidat d’En marche ! dans ma circonscription et je ne suis pas sûr de voter pour lui… Je ne suis d’ailleurs pas sûr qu’Emmanuel Macron aura une majorité au Parlement et ça m’inquiète un peu. » Pour Marika au contraire, « il y aura une vague En Marche ! ».

Alexis, militant dans les Hauts-de-Seine, ne s’inquiète pas outre mesure : « Dès lundi, les députés de droite et de gauche viendront taper à notre porte. » La « rupture Macron » ?

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
Après des jours de négociations, le Nouveau Front populaire en proie à mille et un doutes
Politique 12 juillet 2024

Après des jours de négociations, le Nouveau Front populaire en proie à mille et un doutes

Coalition, Premier ministre, contrat de gouvernement… Socialistes, écologistes, communistes et insoumis tentent d’imaginer des voies de sortie pour accéder au pouvoir. Mais encore faut-il réussir à accorder ses violons.
Par Lucas Sarafian
« Macron s’épanouit dans le chaos mais il joue avec le feu »
Enquête 12 juillet 2024

« Macron s’épanouit dans le chaos mais il joue avec le feu »

Le maintien de Gabriel Attal à Matignon est une situation inédite qui pose un réel problème politique et démocratique. À gauche, le Président est attaqué sur ses accommodements avec la Constitution et son refus de reconnaître le résultat des urnes.
Par Nils Wilcke
« Être arrivé si près du but ne peut qu’encourager le RN à aller plus loin »
Entretien 10 juillet 2024

« Être arrivé si près du but ne peut qu’encourager le RN à aller plus loin »

À l’issue des législatives anticipées, le Rassemblement national a remporté 143 sièges. Un résultat en deçà des attentes du parti, lequel gagne néanmoins du terrain partout et va continuer à bénéficier d’une dynamique électorale, estime la politiste Nonna Mayer.
Par Pauline Migevant