Girma Bèyènè : Renaissance d’une étoile de l’éthiojazz

Le grand arrangeur d’Addis-Abeba sort de 25 ans d’oubli avec un disque captivant.

C’est « une vraie rencontre ». L’expression peut sembler galvaudée, mais, dans la bouche de David Georgelet, on est loin du convenu. Le musicien est encore tout impressionné du petit miracle qui s’est produit il y a moins d’un an, traduit en janvier sous la forme du 30e « Éthiopiques », la fameuse collection discographique de Francis Falceto. Car la rencontre entre Girma Bèyènè, presque septuagénaire tout droit sorti du Swinging Addis, et Akalé Wubé, jeune quintet parisien féru de jazz éthiopien, avec…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents