La Commune en live

David Lescot convoque la mémoire de l’insurrection de 1871 et sa postérité.

Chez David Lescot, la musique et l’histoire font bon ménage. Les révolutions d’ici et d’ailleurs sont par exemple évoquées dans un tour de chant à l’énergie rock interprété par Norah Krief (Revue rouge), et le passé des États-Unis à travers un oratorio aux sonorités diverses, du gospel au spoken word en passant par le rock et le rap (Tout va bien en Amérique). Dans La Chose commune, le traitement du mouvement populaire de 1871 est plus inattendu et réjouissant encore. Née d’une rencontre avec le jazzman…

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents