Mélenchon : Et s’il arrivait au second tour ?

De la Seine-Saint-Denis à la Canebière, Jean-Luc Mélenchon fédère des électeurs nombreux et hétéroclites qui pourraient – qui sait ? – créer la surprise à l’élection.

Pauline Graulle  • 12 avril 2017 abonné·es
Mélenchon : Et s’il arrivait au second tour ?
© photo : Anne-Christine POUJOULAT/AFP

Ce samedi matin, un ciel d’azur s’élève au-dessus du marché de Pantin. Une place carrée encerclée par des barres d’immeubles, où petites mamies, jeunes actifs lookés, prolos et poussettes se croisent et se toisent. Dans cette ancienne cité ouvrière de Seine-Saint-Denis où la boboïsation guette – Paris est à deux stations de métro –, la mairie est acquise au PS tendance Valls. Le marché, en revanche, fait l’objet d’une lutte perlée entre militants de gauche. À deux semaines du premier tour, il faut à tout prix convaincre ce microcosme très stratégique. Communistes d’un côté, NPA et Lutte ouvrière de l’autre. Dans un coin, quelques hamonistes tendent des tracts, l’air peu convaincu. À l’autre bout, une demi-douzaine d’insoumis ont monté un chapiteau brinquebalant, avec un écran dessous, pour une retransmission du discours prononcé le 18 mars par Jean-Luc Mélenchon place de la République, à Paris. Rien ne fonctionne. Mais pas de quoi entamer le moral des troupes.

Galvanisé par les bons sondages, lesquels placent désormais son candidat au coude à coude avec Fillon, le sémillant Éric, badge « Keep calm and vote Mélenchon » épinglé au blouson, prend les paris : « Vous verrez, ce sera Mélenchon n° 1, puis Le Pen, Fillon, et Macron quatrième ». Pour ce journaliste, qui travaille dans une revue associative à Aubervilliers, pas de doute, le printemps sera digne d’un film de Chris Marker : révolutionnaire et joyeux. « Ce sera une synthèse de 1936, 1945 et 1968 », prédit-il avec emphase. Pour preuve, les klaxons d’encouragement quand il fait du collage : « Pantin est un village : l’enthousiasme, je le sens comme jamais ».

Sur le marché, c’est un peu moins

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian