Pierre-Emmanuel Barré quitte France Inter, s'estimant « censuré »

Après avoir diffusé sa chronique, refusée à France Inter, sur Facebook, l'humoriste a annoncé qu'il quittait l'émission « La bande originale ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


S alut Nagui, salut tout le monde ! Ah non y a personne en fait parce qu'on m'a demandé de ne pas faire cette chronique sur France Inter. Mais c'est pas grave, ici on est sur France Interne ! », lance Pierre-Emmanuel Barré. Publiée vers 18 heures mercredi 26 mars, la vidéo comptabilise plus de 5 millions de vues 24 heures après. Durant quatre minutes, l'humoriste porte son message : non, ne pas voter au deuxième tour n'est pas un acte antidémocratique. Lui-même n'ira pas voter, ni pour Marine Le Pen ni contre Macron. « Je n'aime pas son programme, je ne vote pas pour lui. C'est la démocratie. »

« La chasse aux sorcières contre les abstentionnistes »

La défense de l’abstentionnisme, qui n'est pas nouvelle chez ce chroniqueur, prend un nouveau tournant dans l'entre-deux-tours où s'affrontent Emmanuel Macron (En marche !) et Marine Le Pen (Front national). « Qu'il encourage l'abstention, c'est faire le jeu du FN », déclare le présentateur Nagui dans Le Parisien. Ce dernier a refusé la chronique, pour après proposer à l'humoriste de la faire « sans changer une ligne », le lendemain. « Quand on me demande de ne pas faire une chronique, je démissionne », argumente Pierre-Emmanuel Barré, qui y voit une censure.

« Tout est tendu en ce moment »

C'est donc par choix que le chroniqueur a décidé de quitter l'antenne. Il affirme cependant être en bon terme avec l'équipe de France Inter. « Tu reviens à ce micro quand tu veux », l'a invité Nagui dans l'émission du jeudi 26 avril. La directrice de la radio publique, Laurence Bloch, prône la liberté d'expression : « Tant que je serai là, tout le monde pourra s'exprimer librement. » Pour l'humoriste, cette histoire est finie : « J'ai démissionné et ça ne risque pas de changer. Je comprends leurs arguments, mais bon, tout est tendu en ce moment. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.