Quand Le Pen révoltait la France…

Le Front national réalise près de cinq points de plus qu’en 2002, mais la réaction du pays est pour le moins timorée.

Marine Le Pen est au second tour de l’élection présidentielle et… rien. En ce dimanche 23 avril, pas de cris de stupeur, pas de mines défaites des journalistes sur les plateaux TV, nul besoin impérieux de quitter son chez-soi pour se rassembler sur une place. Juste le sentiment que ce qui devait arriver arrive. L’extrême droite est au second tour. Avec près de 3 millions d’électeurs de plus qu’en 2002, et plus de 7,6 millions d’électeurs en tout ! Et… rien. Décidément, la France d’aujourd’hui n’est pas…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents